Visiteurs connectés : 0

| Par thèmes | Plan du site | Glossaire |
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Liens morts | visites : 46261 | Agenda | Mentions Légales |
Accueil > France - UE > Vidéo - Éducation citoyenne : La dette et la fin de l’État providence ..
Vidéo - Éducation citoyenne : La dette et la fin de l’État providence ..

lundi 25 juin 2012, par Rosny-insoumis-gC | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : samedi 17 janvier 2015 à 12:21

Cet article a été vu 9509 fois.






Éducation citoyenne :
La dette et la fin de l’État providence ..

Le 28 septembre 2011, Sylvain Durain ( réalisateur ) était reçu pour un entretien vidéo par Étienne Chouard, devenu célèbre lors du « non » au référendum sur la Constitution Européenne de 2005.

Avec cet extrait « La dette et la fin de l’État providence .. » devient prétexte à l’information et à la réflexion, où il est possible d’intervenir dans le forum ci-dessous ...


Retour au début de l'article


 

Messages (1 commentaire)

  • Éducation citoyenne : La dette et la fin de l’État providence ..

    25 juin 2012, 21:08, par FdG-R-gC :

    Voici une contribution de Pierre en réaction à la vidéo " La dette et la fin de
    l’État providence
    «  : » Je viens de regarder la video d’Etienne Chouard. Ce qu’il dit est une lecture intéressante, très répandue, du mécanisme de la dette publique. Il analyse les armes construites par les états au service des « riches » pour mettre les « pauvres » à genoux. A par quelques concepts très discutables comme « l’état-providence » par exemple, tout cela se tient. Il s’agit d’une technique, d’une stratégie dans le cadre de la production capitaliste. La solution pour lui est de contrecarrer cette stratégie en revenant à la situation d’avant 1973 où les états pouvaient battre monnaie, il redeviendraient souverains et nous pourrions rembourser cette fameuse dette « en dix ans ».

    Il en fait une affaire purement fiscale : la « pince-niche fiscale » ayant disparu, l’autre, l’interdiction du droit de battre monnaie ayant aussi disparu tout redeviendrait plus juste ( comme avant !.. ).

    En somme, il faudrait revenir au bon vieux capitalisme d’avant sans la tare de la « financiarisation ».

    C’est en fait ce que propose le PS. Hollande ne s’attaque pas à l’article 104 de Maastricht ni au 123 de Lisbonne, ni ne demande l’abrogation de la loi Rotschild-giscard de 1973 mais il propose une meilleure imposition, plus juste, la lutte contre les niches fiscales, la création du tranche à 75% pour les très hauts revenus. C’est la même logique même si elle est moins radicale. C’est amusant de le voir traiter les socialo de fascistes et de proposer peu ou prou la même chose dans la même logique.

    Le fond du problème c’est de se demander pourquoi il y a des riches, qu’est ce qui a fait qu’ils sont riches . Sachant que seul le travail humain produit de la richesse comment se fait-il que certains s’enrichissent et d’autres pas. Nous connaissons tous la réponse : un mode de production appelé capitalisme fait que certains s’approprient la richesse produite par d’autres.
    L’impôt dans les « démocraties » ne sert qu’à réguler et redistribuer un peu de richesse pour que les « pauvres » puissent survivre plus ou moins convenablement et pour donner un lustre de démocratie à cette machine à spolier qu’est le capitalisme.

    Nous connaissons en France et ailleurs en Europe un tremplin pour sortir du capitalisme, c’est la cotisation de la sécurité sociale qui non pas REdistribue mais distribue la richesse produite au moment où elle est créée.
    En France près de la moitié de la richesse produite est socialisée, c’est à dire qu’elle échappe au capital. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs les gouvernements veulent casser la cotisation pour la remplacer par un impôt comme la CSG. C’est ce que le gouvernement socialiste met en ce moment à l’ordre du jour du quinquennat.

    A l’image de la cotisation sécurité sociale, il faut se battre pour mettre en oeuvre une cotisation économique qui abonde une caisse d’investissement à hauteur de 30% du PIB qui nous permettrait de ne pas avoir recours à l’emprunt et financer sans intérêt toutes les investissements de l’état ainsi que ceux d’ailleurs des entreprises qui viendraient s’y financer mais sous le contrôle des caisses pour décider de quoi produire, pour répondre à quel besoin, comment, à quel « coût écologique ». Cette masse d’argent ne proviendrait pas de la REdistribution par l’impôt qui légitime les profits mais par un prélèvement de la richesse au moment où elle est produite. Ce prélèvement comme la cotisation sécu viendrait non pas après la prédation du profit mais en diminution des profits.

    Pour résumer, la logique de tous les protagonistes dont parle Chouard et Chouard lui-même, est d’intervenir en plus ou en moins dans la sphère fiscale, impôt plus juste ou moins juste. Dans le respect, si j’ose dire, des mécanismes de prédation du capitalisme. La logique qui est la mienne, et celle de Réseau Salariat, est celle de la remise en cause de cette prédation par la cotisation par une autre distribution du PIB c’est à dire de la richesse produite. "


Commenter cet article
Avant de poster votre commentaire, il est recommandé de prendre connaissance de la charte de ce site.
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document


Retour au début de l'article

Retour en haut de page

2011-2019 / Rosny insoumis
SPIP | Se connecter |