Visiteurs connectés : 0

| Par thèmes | Plan du site | Glossaire |
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Liens morts | visites : 46369 | Agenda | Mentions Légales |
Accueil > A la Une > Déclaration sur les élections départementales adoptée au Conseil National du PG le 30 novembre 2014
Déclaration sur les élections départementales adoptée au Conseil National du PG le 30 novembre 2014

dimanche 1er février 2015, par Rosny-insoumis-gC | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : jeudi 4 juin 2015 à 17:01

Cet article a été vu 138 fois.






Déclaration sur les élections départementales adoptée
au Conseil National du Parti de Gauche le 30 novembre 2014.
Demain peut être meilleur !

Ci-dessous un rappel des orientations programmatiques prises par le Parti de Gauche lors du Conseil National pour les élections départementales de 2015 :

Pour une autre politique citoyenne, écologique et sociale pour le Département.

L’heure est grave. Notre pays s’enfonce dans la crise et dans la déprime généralisée. Face aux défis de notre temps, alors que les ressources et la bonne volonté du pays sont immenses, l’énergie populaire est étouffée par une vie politique archaïque et des solutions périmées. La monarchie présidentielle, le productivisme le plus aveugle, la misère et le chômage de masse semblent être le programme indépassable du PS et de l’UMP. Dans ce contexte, l’extrême droite semble seule mobilisée. La faveur des importants l’accompagne pour pousser le peuple à se déchirer dans la haine religieuse et ethnique. Quel avenir absurde ce serait là !

Nous ne l’acceptons pas. Nous ne nous résignons pas. Nous voulons un autre futur pour nous et nos enfants.

Le temps d’un nouveau souffle est venu. Nous voulons le proposer au peuple tout entier. Les prochaines élections départementales nous donnent un moyen d’agir en toute démocratie, sans violence, par le débat et la conviction mutuelle. Quels que soient les votes du passé, elles peuvent contribuer à rassembler une majorité changeant le cours de l’histoire de notre pays.

C’est pourquoi nous proposons de présenter des candidatures communes aux prochaines élections départementales. Nous partons de l’idée suivante : ce qui nous rassemble est plus important que ce qui nous sépare. Pour autant nous refusons la politique sociale, économique et environnementale du gouvernement. Nous combattons la politique de la droite et de l’extrême droite. Nous avons une autre idée qu’eux de ce qu’il faut faire pour nos vies. Pour cela nous voulons créer un rassemblement autonome agissant en dehors des partis qui soutiennent la politique du gouvernement Valls-Hollande ou celle que propose l’UMP ou l’extrême droite. Pour le Parti de Gauche cette indépendance des libéraux de gauche comme de droite se fera aux deux tours. Un rassemblement placé sous le contrôle direct des citoyens.

Voici comment nous proposons d’agir. Voyons d’abord le projet.

Rendre le pouvoir aux citoyennes et aux citoyens :

Le pouvoir de l’Etat est confisqué par une minorité qui renie ses engagements de campagne, gouverne contre les citoyens et au profit des lobbys. Nous voulons que le pouvoir revienne aux citoyennes et aux citoyens dans les décisions publiques. Ainsi nous rejetons la réforme territoriale décidée par le gouvernement et préparée dans les hautes sphères de l’Etat sans aucune consultation populaire. Pourtant n’est-ce pas au peuple de décider de l’organisation territoriale de la France ? Nous défendrons dans les prochaines élections départementales l’instauration d’une véritable démocratie décentralisée. Cela commencera dès notre campagne par la mise en place d’assemblées citoyennes de canton pour co-élaborer le projet départemental et désigner les candidatures qui représenteront cette nouvelle méthode d’action ! Chaque personne investie par les votes de nos assemblées s’engagera à associer les habitants à ses prises de décisions à travers la tenue d’assemblées citoyennes, de compte rendu de mandat et des consultations populaires (Votations, referendum…) autant que nécessaire. Elles s’engageront publiquement à refuser le cumul de mandats électifs tel que défini dans la charte Anticor.

Amorcer enfin la transition écologique :

Nous ne nous résignons pas à voir la catastrophe écologique s’aggraver chaque jour dans l’indifférence générale de ceux qui dirigent notre pays. Le réchauffement climatique a aujourd’hui commencé. Il y a urgence. Chacun doit prendre ses responsabilités là où il se trouve. Nous engagerons la transition écologique de notre département. Nous savons comment faire en menant une politique volontariste de développement et gratuité des transports publics et en agissant pour limiter les déplacements contraints entre le lieu de travail et le domicile ; en soutenant une agriculture paysanne de proximité et en combattant l’artificialisation des sols ; en favorisant la biodiversité et en incluant des règles sociales et écologiques aux marchés publics et aux aides du département. Avec nous, le département mettra au poste de commande l’intérêt général humain, notamment en ce qui concerne le cycle de l’eau et de la biodiversité !

Rompre avec la politique austéritaire :

Nous rejetons les politiques économiques qui font de l’austérité et du remboursement de la dette publique le seul horizon proposé à la France et à nos jeunes. Elles nous conduisent seulement à l’appauvrissement progressif d’une partie croissante de la population. Nous refusons le pacte de responsabilité qui a transféré 40 milliards dus par les actionnaires sur les familles. La solution n’est pas dans le dogme de la croissance à tout prix, mais dans la relance d’activités socialement utiles et écologiquement soutenables. Ainsi, nous rejetons les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII). Dans tous les cas nos candidats devront s’engager à refuser les passages en force qui provoquent les violences et la haine. Nous le disons fermement : lorsqu’il y a un projet d’aménagement contesté c’est à la population de trancher. Nous voulons un département qui fasse vivre les valeurs de partage et de solidarité. Nous nous mobiliserons aux côtés des citoyennes et des citoyens contre la baisse des dotations publiques de l’Etat et défendrons les mesures de solidarité pour les populations les plus précaires. Nous développerons des services publics de proximité et gratuits, en particulier dans les zones rurales et dans les quartiers périphériques où sont empilées les populations pauvres. Nous défendrons l’emploi et les entreprises menacées de fermeture en soutenant notamment les reprises en Société Coopératives et Participatives. Notre soutien sera sans faille pour soutenir les productions locales dans tous les domaines car nous savons faire à proximité et il est absurde de déménager sans cesse le monde ! Notre approche en matière de développement partira des besoins vitaux et indispensables tels la santé et le logement et non des grands projets inutiles ou des opérations de prestige ruineuses comme les jeux olympiques que veut le président de la République !

Voyons à présent la méthode pour agir efficacement.

Pour réussir nous proposons d’établir une charte nationale qu’ensuite nous déclinerons dans chaque département.

  • 1) Nous voulons être identifiés sans ambiguïté au plan local comme national. Au plan local nous présenterons des candidatures citoyennes présentées par des assemblées citoyennes réunies par canton en respectant une cohérence départementale. Ces assemblées désigneront les candidatures. Celles-ci pourront être proposées individuellement devant l’assemblée elle-même ou proposées par les partis et mouvements qui soutiendront cette démarche. Pour le second tour nous proposerons que ce soit elles qui décident de la position commune au second tour. De son côté, chaque parti pourra évidemment se prononcer pour son propre compte. Ce qui implique que le ou la candidat-e ne devra exprimer de point de vue engageant l’assemblée citoyenne.
  • 2) Evidemment, toutes les candidatures seront publiquement présentées en contradiction claire et publique face aux partis qui soutiennent l’austérité ou la politique productiviste et libérale, que ce soit les forces de l’actuel gouvernement, à commencer par le PS, et l’UMP ou le FN. Pour qu’il n’y ait aucune ambigüité ni aucune récupération ou usurpation nous lançons cet appel pour qu’il soit entendu et mis en œuvre dans tout le pays. Car nous voulons que nos candidatures soient reconnaissables partout, indépendamment des prises de positions que les partis prendront comme c’est bien leur droit. Pour cela l’appartenance à notre mouvement doit être reconnaissable par un intitulé national commun, nous proposons d’opposer à la majorité gouvernementale une Majorité Citoyenne. Pour la clarté et la sincérité des candidatures et du vote, cette méthode doit être la même dans chaque canton d’un même département.

Cette exigence de clarté, de sincérité et de respect de la décision collective citoyenne est au cœur de notre proposition. A partir de là, notre démarche a vocation à rassembler toutes celles et tous ceux, citoyennes et citoyens, militant-e-s associatifs ou syndicaux, qui veulent construire un autre avenir, pour une autre politique citoyenne, écologique et sociale dans les départements.

Source : Demain peut être meilleur, par le Parti de Gauche - 02/12/2014.




Retour au début de l'article


 


Retour au début de l'article

Retour en haut de page

2011-2019 / Rosny insoumis
SPIP | Se connecter |