Visiteurs connectés : 0

| Par thèmes | Plan du site | Glossaire |
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Liens morts | visites : 43556 | Agenda | Mentions Légales |
Accueil > France - UE > Danielle Simonnet était l’invitée politique de France Bleu le 22/02/2016
Danielle Simonnet était l’invitée politique de France Bleu le 22/02/2016

mercredi 24 février 2016, par FdG-R-gC | Imprimer Imprimer |
Dernière modification : jeudi 25 février 2016 à 08:55

Cet article a été vu 70 fois.




Danielle Simonnet (porte parole et coordinatrice du Parti de Gauche, élue au Conseil de Paris), était l’invitée politique de France Bleu 107.1 le 22/02/2016

Les sujets :
- Le code du travail : Une réforme de droite (!), la casse du code du travail revient sur la bataille d’un siècle du mouvement ouvrier .. une remise en cause des 35 heures .. augmentation conséquente du temps de travail sur la journée et sur la semaine .. une facilitation des licenciements .. tous ce que revendiquait le « Medef (Gattaz) », tous ce que revendiquait « Les Républicains » sont dans cette réforme ...

C’est une réforme qui est mauvaise pour l’emploi ! Si vous facilitez les licenciements .. vous aggravez les licenciements, si vous augmentez le temps de travail vous ne permettez pas à plus de personnes de travailler .. c’est donc une logique totalement aberrante !..

Les accords d’entreprises qui prennent le dessus sur les accords de branche .., ce qui est recherché avec cette réforme, c’est de casser le fait syndical et de casser la protection des salariés. Par exemple au milieu de la grève des Conti, on leurs avait fait une pression : « Si vous n’acceptez pas de travailler plus .. on supprimera vos emplois .. et, au bout de 3 ans la boite a quand même fermé et délocalisé .. ». Ce n’est pas en augmentant le pouvoir des employeurs, donc en cassant la protection des salariés qu’on défend l’emploi, au contraire !

Ce ne sont pas les grosses entreprises du CAC 40 qui embauchent le plus .., ce sont les PME, les PMI et les artisans, .. et qu’est-ce qu’ils leurs manquent .., c’est le carnet de commande qui se remplit. Il est grevé par la baisse de la dépense publique et par la crise du pouvoir d’achat. On ne peut relancer cela que par l’augmentation des salaires. Quels sont nos besoins (?) .. quels emplois avons nous besoin (?) .. nous avons des besoins sociaux à satisfaire et des besoins écologiques, .. il faut une logique dans les politiques à mener (voir besoins écologiques et COP 21 ..) ...

- Assurance chômage : Dégressivité (!) .. là aussi Gattaz est aux manettes .. on est dans une situation d’explosion du chômage .. et on dit aux chômeurs qu’il faut absolument que ceux-ci touchent moins .. moins long temps ...

On leurs fait porter la responsabilité .., avec un discours ultra-libéral .. avec un mépris social inacceptable. Pourquoi avons nous ce trou dans les caisses (?), car pendant des décennies .. on a exonéré les entreprises du salaire différé que représentent les cotisations patronales .., qui permettent normalement de faire jouer la solidarité (maladie, chômage, retraites ..), et forcement il y a un trou dans les caisses !

On ne devrait pas avoir de minima sociaux en dessous du Smic .., on fait l’inverse, on culpabilise les personnes qui subissent la crise sociale !

- Uberisation des chauffeurs de taxis (Danielle Simonnet, Conseillère de Paris ..) : Tout les métiers sont menacés par cette uberisation ! Ce sont des plate-formes de type Uber, .. qui se proposent de mettre en relation des clients et des travailleurs. Les plate-formes n’embauchent pas. Le travailleur doit donc se débrouiller avec un statut d’indépendant, il doit se débrouiller et tout payer !.. La plate-forme ne paye pas d’impôt en France, elle exploite la précarité, et participe à la casse les métiers.

On voit qu’avec l’article 23 de la loi El Khomri, celui-ci donne carte blanche à l’ubérisation. C’est inquiétant et le gouvernement a fait le choix de soutenir les plate-formes, .. alors que justement les chauffeurs de VTC exigent que leurs prestations soient reconnues comme salariat déguisé, voir (« L’enjeu de la requalification des chauffeurs VTC en salarié est essentielle, contre la concurrence déloyale et pour les travailleurs eux-mêmes, leur accès aux allocations chômage, aux indemnités maladie, à la retraite, à l’ensemble de leurs droits. » !..

Ce renforcement des plate-formes généralise les petits jobs .. et c’est bien un esclavagisme des temps modernes .. puisqu’ils n’ont pas de salaire minimum, .. pas de temps de travail encadré, .. ils sont leur propre sur-exploiteur, donc forcement avec cet esclavagisme, vous pouvez masquer les chiffres du chômage.

Article(s) connexe(s) :

- Danielle Simonnet : Intervention en défense des taxis au Conseil de Paris, le 19 février 2016.


Retour au début de l'article


 


Retour au début de l'article

Retour en haut de page

2011-2018 / Rosny insoumis
SPIP | Se connecter |